FOOTBALL – Sébastien Léraillé : "Clairement, on n’est pas au niveau"

Avec un petit point en deux matchs, Longueau se déplaçait à Béthune pour enfin lancer sa saison. Malheureusement les hommes de Sébastien Léraillé sont revenus bredouille du Pas-de-Calais. 

Longueau toujours aussi fragile 

Largement battu pour son entrée dans le championnat face à Tourcoing (3-0), puis accroché par Camon (1-1), Longueau concède une nouvelle défaite sur le terrain de Béthune (4-2). Surpris d’entrée après avoir encaissé un but dès la douzième minute (1-0). Un peu moins de dix minutes plus tard sur un nouveau long ballon, la défense samarienne est de nouveau dépassée et Coppin vient tromper Chatalen (2-0, 22’).  Ce n’était pourtant pas faute d’avoir été prévenu, “je les avais prévenu mais cela n’a apparemment pas servi” confie Sébastien Léraillé avant d’ajouter “on prend trois buts sur des lancements de jeu qui viennent des centraux alors que nous étions prévenus. Les attitudes ne sont pas bonnes et quand tu fais le pressing tu ne peux pas le faire en trottinant”. À la pause les visiteurs sont donc menés 2-0.  

En difficulté dans ces quarante-cinq premières minutes, les joueurs de Sébastien Léraillé tombent dans la facilité et perdent de nombreux ballons dans des zones dangereuses. Ils concèdent même un troisième but à vingt minutes du terme (3-0, 69’). Si une réaction sera visible en fin de rencontre avec la réduction du score de Leulier (3-1, 82’) et Lemaire sur coup-franc (4-2, 89’). La défense fait preuve encore une fois de fragilité et encaisse un quatrième but entre les deux (4-1, 85’).  

Des inquiétudes naissent 

Une défaite 4-2 qui met une nouvelle fois en lumière les difficultés défensives de l’ESC Longueau, qui n’a pas bouclé un seul match depuis le début de la préparation sans prendre de but. Au delà des problèmes défensifs, Longueau n’y arrive pas collectivement et ne parvient pas à retrouver cette force collective qui lui a permis de rejoindre la R1. “Cette équipe n’a pas d’âme, trop de joueurs jouent leur partition dans leur coin et en R1 cela ne passe pas », souligne Sébastien Léraillé.

« Aujourd’hui je n’ai pas les solutions »

Une prestation qui inquiète le coach Longacoissien, “clairement on n’est pas au niveau depuis le début de la saison. Pourtant on fait tout pour mettre les joueurs dans les meilleures conditions. C’est à eux de se responsabiliser et de réagir en équipe”. Avant de se poser des questions, “je ne sais pas ce qu’il y a, si quelque chose est cassé ou si mon message ne passe plus, mais je me pose des questions après de telles prestations. On a été pathétique, insuffisant, et aujourd’hui je n’ai pas les solutions.” 

La coupe de France la semaine prochaine peut être une bonne occasion de se rappeler aux bons souvenirs et de respirer un peu. Même si Sébastien Léraillé reste très vigilant, “ça peut être l’occasion de lancer la saison mais aussi d’être la risée du foot samarien car avec ce que j’ai vu ce week-end, on n’est pas à l’abri de se faire sortir.” En tout cas les Longacoissiens devront rapidement réagir sous peine de voir la saison être très longue. 

Aurélien Finet

Crédit Photo : Kévin Devigne – Gazettesports

A lire aussi <>

FOOTBALL : Camon peut s’en mordre les doigts

FOOTBALL – Titi Buengo : “On doit gagner ce match”

Après le nouveau match nul concédé par son équipe ce dimanche face à Outreau, Titi Buengo était énervé et déçu à juste titre car son équipe avait tout pour s’imposer. 

Au vu de la physionomie du match, il y a des regrets ? 

Oui, c’est tellement prévisible tout ça. Ce n’est pas possible de rater autant d’actions et de se faire rejoindre comme ça et de risquer de passer à la trappe en fin de match. Je n’ai pas les mots car je ne comprends pas certaines attitudes de mes joueurs et ce qu’ils font. Je suis déçu parce que je pense avoir des cadres et quand je vois certaines attitudes sur le terrain ça me déçoit. On doit gagner ce match. 

En première période vous étiez au-dessus, finalement il a manqué un seul but, qui a laissé Outreau dans le match ? 

Dans le foot si tu ne tues pas le match, tu le payes cash

A la pause il doit y avoir deux ou trois zéro mais c’est le scénario de tous nos matchs. A un moment donné on doit tuer le match mais on ne le fait pas et l’adversaire garde espoir et commence à nous mettre en difficulté. En plus à la mi-temps je leur ai dit qu’avec tout ce que l’on a raté, on allait finir par prendre un but un peu casquette et que l’on aurait que nos yeux pour pleurer. Cela montre bien que dans le foot si tu ne tues pas le match, tu le payes cash. 

On a quand même vu du jeu et de très bonnes choses ? 

Oui, il y a du jeu et de l’animation mais on n’est pas tueur dans la surface. On fait trop souvent le mauvais geste, après le gardien fait ce qu’il faut mais on lui tire dessus.

 

« On a des joueurs qui savent jouer au ballon mais aussi beaucoup trop parler, le problème c’est qu’ils ne font pas les deux en même temps »

Vous êtes aussi un peu sortis du match en parlant et discutant un peu trop ? 

Oui, comme d’habitude, on a des joueurs qui savent jouer au ballon mais aussi beaucoup trop parler, le problème c’est qu’ils ne font pas les deux en même temps. C’est dérangeant car on perd de l’énergie et on sort du match bêtement.

Vous êtes toujours invaincus c’est tout de même un point positif ?

Oui, après si tu fais dix matchs nul de suite tu n’avances pas. C’est ça qui est embêtant car ce sont des matchs à notre porté et surtout à domicile. On doit prendre des points à la maison car à l’extérieur les matchs peuvent être bien différents. Aujourd’hui nous devrions avoir au minimum six points.

Camon –  Outreau : 1-1 (0-0)
Buts : Monteiro (65’) pour Camon et Arnoud (76’) pour Outreau
Camon : Josse- Ameur, Delgove, Ducrocq, Nagy – Lomboto, Pechin, Torvic – Gomes Monteiro, Isambart, Goyet
Remplaçants : Hamuanya, Fournier, Ngome Oko
Propos recueillis par Aurélien Finet

Crédit Photo : Romain Gambier – Gazettesports 

A lire aussi <>

FOOTBALL : Camon peut s’en mordre les doigts