BOXE : La salle Jacques Bataille inauguré en 2019 ?

En 2019, la salle Jacques Bataille devrait être enfin inaugurée
En cette dernière journée de 2018, alors que la boxe picarde n’a jamais peut-être été aussi florissante avec les Vitu, Mendy, Duhaupas et bien d’autres, nous nous prenons une fois de plus à rêver. Rêver à ce qu’enfin, à Amiens, dans cette salle de la Veillère où chaque jour, s’entraînent les jeunes sous la houlette de Jérôme Fouache, cette salle porte enfin le nom de Jacques Bataille.
Que de promesses avons nous eues! 
Promesses qui sont toujours restées dans les tiroirs.
Alors que c’était si simple.
Prenons le cas par exemple d’Abbeville qui a son champion et quel champion Johann Duhaupas.
Et la salle dans laquelle le poids lourd Abbevillois a fait ses débuts au début de ce siècle, a été inaugurée et porte le nom de Bobo Lorcy, ancien champion du monde mais qui avait choisi Abbeville et la Côte Picarde pour préparer, justement, un championnat du Monde.
Voici quatre ans, nous avions déjà évoqué ce voeu lorsque nous étions revenus sur  le combat au cirque d’Amiens, en 1953, qui avait vu Jacques Bataille dominer le Gitan Theo Medina et ce, avant la limite.
Le cirque d’Amiens avait fait le plein et  rares auront été les boxeurs à avoir rempli le cirque.
A ce jour, Jacques Bataille reste le numéro un de la boxe amiénoise de tous les temps. Il fut en effet champion d’Europe amateur en 1949 à Oslo dans la catégorie des plumes. A l’époque, il n’y avait que huit catégories. Il fut aussi et cela est exceptionnel, vainqueur des fameux Golden Gloves à Chicago devant 28 000 spectateurs. Jacques Bataille reste à ce jour un des rares Français à avoir gagné aux Etats Unis ces Golden Gloves, considérés alors comme de véritables championnats du monde amateurs.
Jacques Bataille n’a par contre jamais été champion de France mais il a disputé un combat pour le titre, dans le fief même de son adversaire, à Marseille contre Ray Grassi. Il fut battu de peu aux points.
Voilà pour toutes ces raisons Jacques Bataille mérite bien  que son nom soit celui de la salle de la Veillère.
A l’avance, merci à la municipalité d’Amiens-Métropole qui voici quelques mois a su honorer un ancien sportif de la ville: Hugues Julien dont le nom figure à l’entrée du stade Moulonguet et en particulier sur le terrain annexe.
Lionel Herbet
 

HOCKEY-SUR-GLACE : La parole des fans #8

Après la très victoire des Gothiques face à Rouen (4-3, a.p), la rédaction de Gazettesports.fr a une nouvelle fois rencontré les supporters pour avoir leurs impressions sur ce match.
Pour Fabrice, supporter souvent présent au Coliseum, la victoire « est magnifique. J’avais des doutes sur leurs capacités à renverser Rouen, je pensais que l’affaire était pas partie quand Rouen mène 3-1, mais finalement, les Gothiques m’ont fait mentir, et j’en suis très heureux. Ils finissent l’année en beauté. »
Pour Sophie, membre du Goth’s Squad, la victoire est la conclusion d’une réorganisation typique de l’esprit du club : « C’est magnifique. Malgré des éléments qui manquaient comme Philippe Halley, ils ont su se réorganiser, avec Poudrier qui est arrivé dans la ligne et le premier but de Rudy (Matima) a tout de suite mis la pression aux Rouennais dans le premier tiers. Ils ont eu du mal à trouver des failles dans notre jeu. Dans le deuxième tiers,on a souffert car ils sont remontés. Et dans le troisième tiers, on a remonté fantastiquement jusqu’à la prolongation. On s’est dit qu’on serait content avec un point et là ils nous offrent un cadeau majestueux. On est tellement heureux.
La réorganisation dans ce match, c’est vraiment l’esprit gothique. Il n’y a pas de grandes stars, tous les joueurs sont des bosseurs, tout le monde fait de la polyvalence, on a vu notamment un très bon Kevin Da Costa ce soir.
On a oublié la défaite contre Angers, en battant, ici, chez nous, contre Rouen. »
Pour finir, Sophie retient une seule chose primordiale dans l’année des Gothiques, leur ténacité.

Sophie, membre du Goth’s Squad

Romain PROT

Crédits photos – Romain Prot & Léandre Leber – Gazettesports.fr