HOCKEY-SUR-GLACE : Amiens au bout du suspense !

1/4 de finales, Match 1 : Amiens au bout du suspense!

« Un nouveau championnat qui commence ». C’est en ces termes que la majorité des fans, joueurs ou entraineurs de Hockey-sur-Glace s’exprimeront à propos de la période la plus importante d’une saison. Saison qui commençe donc face aux Brûleurs de Loups de Grenoble, puisque les résultats de la dernière journée de Saxoprint Ligue Magnus – qui a vu entre autres les Gothiques être défaits par Bordeaux à domicile (4-6) – ont déterminé ce « matchup » entre amiénois et grenoblois. Des équipes respectivement 7èmes et 2èmes du championnat. La première manche de cette série au meilleur des sept matches se déroulait ce mardi soir à Pôle Sud, rencontre pour laquelle Mario Richer et Anthony Mortas disposaient d’un effectif au complet face à un des ogres de la saison régulière…

Une entame favorable pour les Gothiques

Le début de match est très équilibré, les deux équipes prenant le temps de bien construire leurs sorties de zones. Une stratégie qui n’empêche pas les deux camps de se voir interdire bon nombre de dégagements, incapables de passer la zone neutre. Teddy Trabichet, ex-amiénois, écope d’abord d’une pénalité dont ne peut profiter le meilleur PowerPlay de saison régulière. La première occasion vient dans la foulée de l’avantage numérique, avec un tir de Champagne bien arrêté par Lukas Horak. Les Gothiques ne tarderont cependant pas à trouver la faille. Après un gros travail sur la bande, le canadien transmet à Grégory Béron posté derrière la cage. Ce dernier temporise quelques secondes et offre le palet à Maris Jass devant la cage qui conclut du revers (0-1, 6’58, Jass ass. Béron et Champagne).

Une bien belle manière d’entamer le match, d’autant plus que Maxime Legault marque rapidement un second but. But qui se voit malheureusement être refusé pour une obstruction de ce dernier sur le portier grenoblois. Le match gagne logiquement en intensité physique, à l’image de cette échauffourée faisant suite à 20 secondes de feu dans la défense des Gothiques lors de leur première infériorité numérique. Une pénalité tuée malgré tout, et à la faveur de beaux arrêts de la part d’O’Keefe. Une belle incursion de Tartari et Hardy amène ensuite une pénalité à Nicolas Leclerc qui a retenu son adversaire. Au même titre qu’une pénalité évitable de Romain Bault pour une charge contre la bande quelques secondes après, la pénalité est elle-aussi tuée. Grenoble ne peut créer l’égalité, Amiens mène et tient !

Grenoble retrouve son jeu

Ce sont les Bruleurs de Loups qui lancent les hostilités et poursuivent sur leur lancée de la fin du premier tiers-temps. Mitch O’Keefe est par exemple obligé de réaliser un bel arrêt face à Chouinard, parti en échappée. Les Gothiques « balancent » beaucoup de palets et ont tendance à réaliser des changements de lignes quelques peu laborieux. Une mauvaise relance des amiénois sur une situation chaude revient à Bisaillon, dont le lancer est joliment dévié juste devant la cage par Norbert Abramov (1-1, 27’51, Abramov ass. Bisaillon). Grenoble concrétise enfin sa domination et revient à égalité… Avant de prendre l’avantage. Malgré une pénalité à Aziz Baazzi, un mauvais changement profite à Tartari qui lance Baylacq. Celui-ci prend son défenseur de vitesse et trompe O’Keefe d’une belle feinte (2-1, 30’12, Baylacq ass. Tartari, DN).

Les amiénois se montrent bien trop fébriles en ce tiers médian pour stopper l’hémorragie, et verront leur retard au score s’accroître une nouvelle fois. Une pénalité, dont écope Yanick Riendeau pour avoir percuté le gardien local, est conclue par Golicic d’un tir frappé près du cercle d’engagement droit (3-1, 33’44, Golicic ass. Chouinard et Hardy, SN). Un tiers-temps à sens unique qui aura vu les hommes de Mario Richer être largement dominés par ceux d’Edo Terglav. La frustration se fait sentir sur la glace, puisque Maxime Legault écope de 10 minutes de pénalité pour méconduite, et que ses coéquipiers ne parviennent pas à profiter des avantages numériques qui se présentent à eux. Un tiers-temps à oublier…

Mitch O’Keefe a été régulièrement mis à contribution au cours de la partie. Photo d’archive : Leandre Leber – Gazettesports.fr

Un scénario improbable

Une situation en zone offensive amène Béron, derrière la cage, à réaliser une passe du revers que ne peut reprendre Joël Champagne. C’est finalement dans la palette d’un Tim Crowder esseulé dans l’axe qu’arrive le puck, qui finit sa course dans les filets d’un Horak surpris (3-2, 44’42, Crowder ass. Champagne et Béron). Favarin, coupable selon le trio arbitral d’une tentative de piquage, se voit être sanctionné de 2+2+10 minutes quelques minutes plus tard. Une grosse pénalité qui va, pour la première fois du match, profiter aux Gothiques. Bien installés en zone offensive, les amiénois vont finir par trouver la faille dans la première seconde de la deuxième pénalité de deux minutes. Joël Champagne est au rebond sur un tir de Jonathan Narbonne et remet les deux équipes à égalité (3-3, 50’01, Champagne ass. Narbonne et Riendeau, SN).

La domination est désormais amiénoise, tant dans le jeu que d’un point de vue psychologique. Trois minutes après l’égalisation, un face-off remporté en zone grenobloise profite finalement à Joey West qui réalise le « Wrap Around » parfait et donne un but d’avance aux Gothiques ! (3-4, 53’31, West ass. Thomas). C’était sans compter sur une égalisation d’Eric Chouinard en double avantage numérique, à trois minutes de la fin (4-4, 56’56, Eric Chouinard). Un but qui annihile le come-back amiénois et forcera les deux équipes à disputer les prolongations…

Jusqu’au bout de la nuit…

Les quelque 2400 spectateurs de Pôle Sud se sont vus offrir dix minutes de prolongations très intenses, les deux équipes enchainant les situations dangereuses et les gardiens multipliant les parades. Eric Chouinard et Tim Crowder par exemple, ne sont pas parvenus à faire gagner leur équipe. Des situations toutefois plus à l’avantage des amiénois, qui auront profité de deux minutes en supériorité numérique sans réussi à déjouer Lukas Horak. La rencontre s’est donc jouée aux tirs au but… Pour une victoire des Gothiques ! Six tirs aux buts ont été tirés de chaque côté, trois buts inscrits par Amiens et deux par Grenoble, le but vainqueur revenant à Mathieu Brisebois au bout du suspense (4-5, Mathieu Brisebois, TAB).

Le doute n’est pas permis, il s’agissait bien ce mardi soir d’un match de Playoffs. De l’intensité, des pénalités, des buts et du suspense pour une victoire finale des Gothiques qui mènent donc 1 à 0 dans la série. Le match 2 sera joué dès ce mercredi à Pôle Sud, à 20h15 !

Luc ROHAUT

GRENOBLE 4 – 5 AMIENS :  (0-1; 3-0; 1-3; 0-0 (PR); 2-3 (TAB))

BRULEURS DE LOUPS (Grenoble) : Horak, Bonvalot (Gardiens); Bisaillon, Hardy, Baazzi, Favarin, Gervais, Scolari, Trabichet (Défenseurs); Rodman, Gauthier, Baylacq (A), Torres, Texier, Chouinard (C), Golicic, Tartari, Abramov, Rohat, Arnaud, Kuralt, Bly (Attaquants).

Entraineur : Edo Terglav.

GOTHIQUES (Amiens) : O’Keefe, Cunsolo (Gardiens); Bault, Narbonne, Jass, Leclerc, Brisebois, Nechala (Défenseurs); Matima, Thomas, Fauchon, Kazarine, Berzins, Offret, Legault, Béron, Champagne (C), West, Riendeau, Coulaud, Bourgeois, Crowder (Attaquants).

Entraineur : Mario Richer (Assistant : Anthony Mortas).

FOOTBALL – Défaite interdite pour l'AC Amiens

FOOTBALL – Défaite interdite pour l’AC Amiens

Avec trois défaites depuis le début de l’année 2017, l’AC Amiens a totalement hypothéqué sa bonne série du mois de décembre. Si bien que le déplacement à Dieppe, ce mercredi, est appréhendé avec une réelle pression voire une certaine crainte. Une défaite ramènerait effectivement les joueurs d’Azouz Hamdane à deux points du premier relégable et relancerait, par la même occasion, un concurrent direct au maintien.  

Une naïveté qui pose soucis

Huitième à la trêve, l’AC Amiens pointe désormais au treizième rang et ne possède plus qu’une courte marge sur la zone rouge. Oubliée l’embellie du mois de décembre, les craintes d’une possible relégation, après six ans en Championnat de France amateur, refont désormais surface. « En ce moment, nous sommes clairement défaillants, pointe du doigt Azouz Hamdane. Nous perdons contre des équipes qui ne sont pas extraordinaires mais qui arrivent à être constantes, solides et réalistes. D’autant plus qu’elles profitent des erreurs que nous commettons encore beaucoup trop souvent. » En progrès dans le jeu, les Amiénois ont ainsi lourdement chuté, samedi dernier, face à Sannois Saint-Gratien (1-4).

En cause, deux erreurs de relances de Villier et Sagouti offrant en moins de dix minutes le break à un adversaire qui n’en espérait pas autant. « Ce deuxième but nous tue. Mentalement, nous n’avions pas besoin de cela, nous replongeons et la fin de rencontre s’avère difficile, confirme l’entraîneur samarien. Lorsque l’on a un moment de ciel bleu, les joueurs ont tendance à tenter le petit geste qu’il ne faut pas tenter. Cela explique notre manque de constance mentale et d’efficacité dans les deux zones. Aujourd’hui, nous sommes clairement à notre place, il faut être lucide sur la situation. » Il faudra donc rompre avec cette forme de naïveté si les coéquipiers de Bellaïd, de retour de suspension, souhaitent revenir de Dieppe avec un résultat positif. 

La capacité à rectifier le tir ?

Et, cela passe inévitablement par des progrès dans le domaine défensif, alors que l’AC Amiens a encaissé au moins un but lors de ces six dernières sorties. Effectivement, il faut remonter au 26 novembre dernier, un match à Poissy, pour retrouver trace d’un match conclu par un clean sheet (0-0, 12e journée de CFA). « Aujourd’hui, nous sommes en déficit de points et de confiance. Nous sommes aussi en déficit d’efficacité, il faut donc avant tout retrouver de l’efficacité défensive en ne faisant plus de cadeau à l’adversaire. Ensuite, j’espère que nous allons réussir à reproduire notre premier heure de jeu de ce soir (ndlr : samedi face à Sannois Saint-Gratien) sur l’ensemble d’une rencontre. En livrant quatre ou cinq prestations de cet acabit, cela devrait suffire pour obtenir le maintien », se fixe comme objectif Azouz Hamdane. 

Reste désormais à connaître la capacité de rebond de son effectif. « Nous savons que nous sommes capables de faire mieux, c’est indispensable de réagir, rassure Melvin Adrien. Tout va très vite dans le football, d’un côté comme de l’autre. Nous avons déjà réussi une bonne série, nous pouvons reproduire une telle performance. Je sais que nous pouvons le faire avec ce groupe-là, il y a des choses qui ont été dites dans le vestiaire. Maintenant, on gagnera en restant unis et soudés. » Le match contre Dieppe, ce mercredi, est donc le meilleur moment pour se relancer, le tout face à un adversaire direct pour le maintien. « On regarde pas l’adversaire, assure le gardien de but de l’ACA. Peu importe que cela soit Dieppe ou une autre équipe, il faut prendre des points à chaque rencontre. »

Le discours de son entraîneur demeure un peu plus prudent, d’autant plus que ce dernier aimerait bien que son équipe trouve enfin la solution face à ce type d’adversaire. « Le problème est que les équipes comme Viry ou Calais, contre lesquelles nous allons jouer notre maintien, nous sommes incapables de les battre, rappelle Azouz Hamdane. J’ai aussi peur parce que ces équipes sont, contrairement à nous, dans une dynamique positive. Nous nous sommes remis en danger, il faut donc poursuivre le travail réalisé depuis le début de la saison. Les circonstances ne nous sont pas favorables mais c’est uniquement de notre faute. »

AC Amiens : Adrien – Maquinghem, Bellaïd (c), Villier, Youssoufa – Samb, Matondo, Despois – Isambart, Zobiri, Boukhelifa.

Remplaçants : Gningue (g.), Ballustre, Sagouti, Ringot, Labhiri.

Romain PECHON

FOOTBALL : L’AC Amiens n’a pas su rebondir