[FOOT] Un capitaine satisfait !

Khaled Adenon capitaine heureux de l’ASC

Le capitaine de l’ASC Khaled Adenon a beaucoup apprécié cette première victoire de l’ASC face à Boulogne.

Le lendemain, il prenait en effet l’avion pour Cotonou. Dimanche 6 septembre, l’équipe du Bénin affronte le Mali, entrainé par Alain Giresse pour le compte  de la deuxième journée des phases éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations. « Franchement, cela fait du bien de gagner, nous a-t-il déclaré . Jusqu’à présent, nous n’avions pas été récompensés car nous avions fourni de bons matches à Belfort, contre Chambly et à Dunkerque.

« Nous avons rencontré une bonne équipe de Boulogne forte défensivement et offensivement mais nous n’avons rien lâché.

« Cela me fait du bien personnellement avant de partir rejoindre l’équipe du Bénin.

« Je pars mais je sais que mes copains vont faire leur boulot à Orléans.

« Maintenant, sur un plan personnel, cela fait du bien  de retrouver mon pays et je suis content que le coach m’ait rappelé après ma suspension.

Ce sera le deuxième match du Bénin contre le Mali. Lors du premier, nous avons fait match nul face à la Guinée Equatoriale 1-1.

« J’ai déjà participé deux fois à la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations en 2008 et 2010. La CAN  est pour nous Africains ce qu’est pour vous la coupe du Monde.

«Maintenant, ne me demandez pas combien de sélections je compte. Je n’en sais rien mais c’est beaucoup ». En somme, pour Khaled Adenon, quand on aime, on ne compte pas.

Pour revenir à la victoire de l’ASC, rappelons que le but victorieux a été inscrit par Jonathan Tinhan qui est franco-béninois.

On peut facilement imaginer que prochainement, Oumar Tchomogo l’ancien attaquant de l’ASC et aujourd’hui sélectionneur des Ecureuils (le Bénin), l’appelle en sélection.

Rappelons que le match Bénin- Mali aura lieu dimanche  6 septembre à Cotonou. Le Bénin sera d’autre part opposé au Burkina Faso en aller et retour pour les éliminatoires de la Coupe du Monde.

Enfin, un autre ancien Amiénois est aussi Béninois : Reda Johnson qui a porté le maillot de l’ASC voici quelques années.

Lionel Herbet

[SPORTS] Et si Manoudou était…étranger ???

Le Tour de France, les championnats du Monde de natation et actuellement les championnats du monde d’athlétisme.

Cet été, les commentateurs et surtout les consultants des chaines télévisées, n’y sont pas allés de main morte.

Dans le Tour de France, la victoire de Christopher Froome a été contestée par les médias.

Parce qu’un jour, le coureur britannique a fait étalage d’une énorme supériorité et qu’il a été plus que suspecté.

Pour rouler aussi vite, pour mouliner les jambes à une telle allure, pas de doute pour les Vasseur, Jalabert et consorts, Froome était dopé.

A tort car jusqu’à preuve du contraire, l’Anglais n’a pas été contrôlé positif. Certains nous rétorquent que du temps de sa splendeur, Lance Armstrong était aussi négatif…Pour répondre à un confrère, mieux vaut, pour le moment, passer pour un doux rêveur que pour un aigri..

Les championnats du monde de natation nous ont aussi offert l’incroyable supériorité d’un nageur qui s’appelle Florent Manaudou.

Mais c’est un nageur français.

Alors, on ne touche pas à un Français.

Si Manaudou avait été un nageur chinois, nul doute que tous les médias seraient tombés sur lui parce qu’il a un physique incroyable, dû à la prise de créatine, produit qui accentue la masse musculaire mais qui n’est pas dopant.

Et puis nous en arrivons aux Mondiaux d’athlétisme à Pékin.

Sur 100m, Usain Bolt a conservé sa suprématie en battant d‘un cheveu l’Américain Gatlin. Ce dernier a été longtemps suspendu pour dopage mais aujourd’hui, il a purgé sa peine et il est redevenu « propre ».

« La victoire de Bolt a sauvé l’athlétisme » a même lancé un consultant sur France 2. Des propos exagérés mais c’est comme çà.

Et puis, il y a les doutes et les interrogations concernant certains pays africains notamment le Kenya qui détient le record de médailles et vient de remporter la médaille d’or dans une discipline qui, jadis, était l’apanage de la Finlande : le javelot.

Ces critiques émises à l’égard de Gatlin et du Kenya ont quand même un mérite : elles cachent la déception des athlètes français qui déçoivent et sont toujours à la poursuite d’une médaille d’or.

Lionel HERBET