Bernard Joanin : 62 points et l’ASC accéderait alors à la L2 !

Le Président Bernard Joannin a placé la barre très haute !

Alors qu’il leur reste 17 rencontres de championnat à disputer, les joueurs de l’Amiens SC connaissent  leur feuille de route. Celle-ci leur a été communiquée ces derniers jours à l’occasion des traditionnels vœux du président Bernard Joannin.

Cette  cérémonie  SC s’est déroulée ce mardi soir dans la salle du 2e étage de la Licorne, en présence de tout l’effectif staff et joueurs (à l’exception de Christophe Pelissier), des actionnaires, partenaires du club ainsi que les représentants des élus. Amiens-Métropole avait délégué Guillaume Duflot, adjoint aux sports.

Bernard Joannin n’a pas caché, en préambule, qu’il était déçu de la situation actuelle.

 « Je pensais que les joueurs  me mettraient dans une situation plus favorable. Mais quand j’ai appris le résultat de Dunkerque, j’ai reçu comme un coup de massue. Mais ce moment d’abattement n’a pas duré bien longtemps. Aujourd’hui, c’est reparti ».

Bernard Joannin a ensuite remercié toutes celles et ceux qui, de près ou de loin, aident l’ASC qui est un club « qui doit retrouver son lustre d’antan et ne pas végéter en National ».

 Et de poursuivre: « Cette équipe a du talent mais elle ne l’a pas encore fait voir ».

 Le président a alors appelé le président Jacques Liénard qui a évoqué la formation:

 « La formation c’est la base d’un club mais la partie critiquée et méconnue. Nous travaillons dans la discrétion ».

 Le président a ensuite appelé les nouveaux joueurs notamment Matt Moussilou qui a obtenu sa qualification et va enfin effectuer ses débuts ce vendredi à Istres, Issa Makalou, le gardien Magno Novaes et Julien Outrebon qui revient sur ses terres.

Une video de Christophe Pelissier a été vue par l’assistance.

 Actuellement en stage à Lyon pour l’obtention de son Brevet d’Etat  d’entraineur de football professionnel, Christophe Pelissier a rappelé son parcours, les valeurs qu’il défend  et rappelé « que Bien Vivre Ensemble faisait qu’on Jouait bien Ensemble ».

Bernard Joannin a créé enfin une certaine sensation dans la salle lorsqu’il a déclaré aux joueurs qu’ils devaient remporter 12 victoires, concéder 3 nuls et seulement 2 défaites.

« Cela ferait 62 points et l’ASC accèderait alors à la L2 ». Challenge oh combien excitant mais on sait depuis toujours que le football n’est pas une science exacte. Les joueurs  vont tenter de relever ce formidable challenge. Ils feront l’impossible pour aller au bout. Faisons leur confiance.

Lionel HERBET

Frères Ennemis ?? Un Amiènois pour la victoire !!

Coupe d’Afrique des Nations

Le combat fratricide de Marvin Baudry contre le  R D Congo

Personne n’aurait imaginé un tel scénario.

Soit un quart de finale de la Coupe d’Afrique des Nations opposant les deux voisins, les frères « ennemis » le R D Congo (capitale Kinshaha) et le Congo Brazzaville.

Ce match  va provoquer la fête et un énorme enthousiasme de chaque côté du fleuve Congo.

L’équipe du Congo Brazzaville est un peu la surprise du chef en ce sens que généralement, on estimait qu’elle n’avait aucune chance de se qualifier dans un premier temps puis de franchir le premier tour de la phase finale. On se souvient qu’en éliminatoire, contre le Rwanda, le Congo bien que battu sur le terrain, s’était qualifié en raison d’une réclamation de son entraineur Claude Le Roy qui avait découvert la tricherie d’un joueur du Rwanda, licencié auparavant au Congo RD.

Invaincu en trois rencontres, le Congo de Claude Le Roy va se mesurer au RD Congo. Il ne part pas favori mais Marvin Baudry espère bien franchir un nouvel obstacle.

Les joueurs  congolais n’ont pas eu la partie facile dans cette CAN en Guinée Equatoriale et c’est ainsi que récemment, son bus est tombé en panne et ce en pleine forêt. Les joueurs ont été dépannés par le .. Burkina Faso dont le car  était alors vide.

A l’ASC, un joueur connait bien l’équipe du Congo puisqu’il a été international. Il s’agit de Matt Moussilou qui se délecte à l’avance de ce « vrai » derby africain .. qu’il suivra sûrement à la télé.

« C’est vraiment un choc historique. Jamais les deux nations ne se sont rencontrées à ce stade de la compétition. Ce sera un vrai drame pour le perdant et je suis sûr  que le match va laisser des séquelles.  Cela peut jouer au-delà du sport. J’ai des membres de ma famille qui m’appellent régulièrement et me disent que cela va chauffer. Nous sommes un petit pays par rapport au RD Congo qui est immense. Nous sommes un pays sain ».

Et Matt Moussilou de conclure au sujet de Claude Le Roy

« C’est le sorcier blanc.  Le mérite de cette qualification lui revient. La cerise sur le gâteau sera bien sûr la qualification pour les demi-finales. Je suis aussi content pour Marvin Baudry qui représente  le club mais jette aussi la lumière sur la ville d’Amiens ».

A la CAN, tous les entraineurs n’ont pas la chance de Claude Le Roy. Ainsi, Alain Giresse le sélectionneur du Sénégal qui a été éliminé, sait que son sort est scellé : son contrat est terminé. Telle est l’Afrique où la défaite est interdite et où tout peut se produire comme par exemple cette qualification pour les quarts de finale par tirage au sort qui a finalement souri à  la Guinée contre le Mali. En France, cette pratique avait cours à l’occasion de la Coupe de France mais c’était voici un demi-siècle.

Lionel HERBET